Côte d'Ivoire / Agro-industrie : La perception négative du public sur la durabilité de l'huile de palme remise en question

Selon certains universitaires, le palmier à huile est beaucoup plus productif que toute autre culture d'huile végétale


Pendant que les petits producteurs d'huile de palme risquent de vivre dans la pauvreté, l'industrie de l'huile de palme, se valorisant à 282 milliards de dollars, crée d'énormes profits pour les entreprises. Le rôle central des petits exploitants dans le secteur de l'huile de palme, qui contribuent actuellement à environ 30 % de la production mondiale, est souvent négligé dans l'agenda de la durabilité, car les politiques ont tendance à se concentrer sur les grandes plantations industrielles. Et avec leur contribution à la production d'huile de palme qui devrait croître, les petits exploitants jouent un rôle de plus en plus central dans le développement économique rural et la préservation de la biodiversité.

Avec l'huile de palme comme ingrédient crucial dans l'alimentation des personnes les plus pauvres de la planète, et sa présence généralisée dans des produits comme la margarine, le shampoing et le biodiesel, cet ingrédient est là pour rester. L'inclusion des petits exploitants à l'échelle de la chaîne d'approvisionnement est cruciale pour une production durable d'huile de palme. Le premier Baromètre mondial de l'huile de palme réalisé par Solidaridad et des organisations de petits producteurs d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, donne une nouvelle perspective sur le débat public largement négatif autour de l'huile de palme dans les pays occidentaux. Cette culture controversée présente plus d'opportunités et de défis que beaucoup de gens ne le pensent.

La déforestation et la pauvreté sont liées

La production d'huile de palme figure en bonne place dans les médias comme cause de déforestation, de perte de biodiversité et du changement climatique. Cependant, en isolant son impact sur l'environnement de la crise de la pauvreté, à laquelle elle est directement liée, il est facile de négliger le rôle vital que jouent les petits exploitants dans la production d'huile de palme. 

Bien que l'image des grandes entreprises cultivant de vastes étendues de palmiers à huile en tant que monoculture soit vraie, plus de trois millions de petits exploitants et leurs familles produisent environ 30 % de l'huile de palme mondiale. Et une multitude de travailleurs trouvent des emplois dans la production de l’huile de palme. Rien qu'en Indonésie, il y a environ 16 millions de travailleurs dans le secteur de l'huile de palme, dont la majorité est employée par de petits exploitants. 

La contribution des petits exploitants à l'approvisionnement global en huile de palme ne devrait qu'augmenter, car les entreprises à l'échelle industrielle sont obligées de limiter leur expansion en raison des engagements de zéro déforestation.

Shatadru CHATTOPADHAYAY, Directeur Général de Solidaridad Asia, explique : « Les petits exploitants ne produisent même pas 2 % de l'huile de palme durable certifiée sur le marché, tout en contribuant à 30 % de l'approvisionnement mondial. Les gouvernements et les entreprises doivent intégrer l'inclusion des petits exploitants dans leurs critères de durabilité. »

Dans l'industrie de l'huile de palme de plusieurs milliards de dollars, les petits exploitants agricoles ne reçoivent pas leur juste part

Les petits exploitants ont généré 17 milliards USD du chiffre d'affaires sur les 282 milliards USD de l'industrie de l'huile de palme en 2020, mais beaucoup ne gagnent pas assez pour couvrir les frais de subsistance essentiels de leur famille. Malgré cela, de nombreux petits exploitants préfèrent la culture du palmier à huile à d'autres cultures, comme le caoutchouc ou le café, car ils gagnent un revenu plus élevé et plus constant tout au long de l'année. Pour de nombreux petits exploitants agricoles, la culture du palmier à huile leur offre de meilleures perspectives et réduit la pauvreté.

Plusieurs facteurs peuvent influer sur la rentabilité d'une exploitation, notamment sa taille, les coûts de la main-d'œuvre et des engrais, l'accès au marché et les prix. Les prix volatils du marché réduisent davantage les marges des petits exploitants qui sont déjà étroites. « Cela devient de plus en plus difficile pour les agriculteurs avec tous ces changements de prix. Certains ont l'impression que 50% de leurs moyens de subsistance ont été perdus car les prix des régimes de graines ont été réduits et, dans le même temps, le prix des engrais et des pesticides a augmenté de plus de 100% », a déclaré Valens ANDI, responsable d’une coopérative d'agriculteurs du Kalimantan occidental, en Indonésie, à Al-Jazeera. 

Face à ces conditions précaires, de nombreux petits exploitants sont incapables d'investir dans des innovations au niveau de l'exploitation ou de respecter les normes de durabilité. D'ici 2030, les petites plantations indonésiennes représenteront environ 60 % de la superficie de palmiers à huile du pays. Aider ces petits exploitants à produire durablement sera un défi majeur dans les années à venir.

La distribution de la juste valeur est au cœur de la production durable d'huile de palme

Alors que les petits exploitants ont du mal à joindre les deux bouts, à l'autre bout de la chaîne, les fabricants de produits alimentaires, les entreprises de biens de consommation et la vente en détail prennent 66 % des bénéfices bruts sur l'huile de palme dans les produits alimentaires, ménagers et de soins corporels. 

L'accent mis sur la réduction des coûts pour optimiser les bénéfices contraste fortement avec les engagements individuels des entreprises en matière de développement durable, ainsi qu'avec le climat mondial et les objectifs de développement durable des Nations Unies. Le problème est que les acheteurs mondiaux d'huile de palme se montrent peu disposés à rémunérer les petits producteurs pour qu'ils opèrent de manière durable, par exemple en payant un prix équitable et en investissant dans des relations commerciales à long terme. 

Une répartition plus juste de la valeur et des risques tout au long de la chaîne de valeur de l'huile de palme permet aux agriculteurs de produire de manière durable et de générer un revenu qui soutient les moyens de subsistance de leur famille.

Arrêtez de boycotter et commencez à investir dans une bonne production d'huile de palme !

Les intérêts des petits exploitants ne sont pas seulement ignorés dans la chaîne de valeur, leur rôle et leurs intérêts sont également ignorés dans le débat public. Des campagnes d'ONG et de marques commerciales appellent au boycott de l'huile de palme pour lutter contre la perte de biodiversité. 

De nombreux universitaires et organisations de conservation conviennent que l'interdiction de l'huile de palme déplace simplement le problème ailleurs, menaçant d'autres habitats et espèces. Le palmier à huile est beaucoup plus productif que toute autre culture d'huile végétale. Par exemple, en moyenne, il est cinq fois plus productif que le soja. Remplacer l'huile de palme par des alternatives intensifient la bataille sur la rareté des terres agricoles. Au lieu de boycotter l'huile de palme, l'industrie devrait investir dans la production durable d'huile de palme par les petits exploitants.

Faire entendre la voix des petits producteurs

Les organisations paysannes devraient jouer un rôle clé dans le débat sur l'avenir de la culture du palmier à huile. Il est essentiel de se concentrer sur la répartition de la juste valeur et de minimiser la dégradation de l'environnement. Le secteur privé et les gouvernements doivent passer de l'assistance technique à des programmes qui s'attaquent aux désavantages structurels au niveau des petites exploitations. Les solutions ne seront pas les mêmes partout et devront être trouvées dans une combinaison d'approches volontaires et obligatoires.

Heske VERBURG, Directrice générale de Solidaridad Europe, recommande que « les entreprises et les gouvernements des régions de consommation et de production incluent les intérêts des petits exploitants lors de l'élaboration et de la mise en œuvre des politiques. L'UE devrait veiller à ce que les petits exploitants soient soutenus pour répondre aux exigences du règlement de l'UE sur les produits sans déforestation et, en partenariat avec les pays producteurs, s'attaquer aux causes profondes de la déforestation, y compris la pauvreté. »

Communiqué

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)