Côte d'Ivoire / Développement durable : Le PASRES et le FONSTI engagent la réflexion sur les sciences ouvertes

Photo de famille à l'issue de la cérémonie d'ouverture du séminaire sur les enjeux et les perspectives de la science ouverte, le 30 novembre 2021 à Grand Bassam

 


Du 30 novembre au 2 décembre 2021 se tient à Grand Bassam, un séminaire sur les enjeux et les perspectives de la science ouverte. À l'initiative du Programme d'Appui Stratégique à la Recherche Scientifique et du Fonds pour la Science, la Technologie et l'Innovation, cet atelier a réuni en présentiel et mode virtuel les scientifiques ivoiriens et étrangers pour mener des échanges et réflexions en vue de promouvoir la science ouverte en Côte d'Ivoire. Et ce dans le but de garantir le développement durable.

Selon l'UNESCO, la science ouverte rend l'information largement disponible. Et offre la possibilité à tous de bénéficier de la technologie et l'innovation scientifique. Elle favorise également une diffusion et une réutilisation sans difficulté des résultats de la recherche. À cet titre, elle a pour ambition de démocratiser l'accès au savoir, rendre la science plus cumulative, plus transparentes et étayée par les données. La science ouverte entend également augmenter l'efficacité de la recherche en évitant de dupliquer les efforts et en réutilisant des données ou du matériel scientifique.

" Notre objectif est de faire en sorte que l'écosystème de la recherche scientifique et de l'innovation facilite la mise en place système d'information, de données et d'indicateurs fiables, accessibles et ouverts à la société. Dans un pays pauvre comme le nôtre, la généralisation de la pratique de la science ouverte peut favoriser l'accélération du processus de développement socio-économique et culturel, en suscitant l'innovation technologique et le progrès scientifique", fait savoir Sangaré Yaya, Secrétaire exécutif du PASRES et secrétaire général du FONSTI.

Cette recommandation du PASRES et du FONSTI semble avoir été bien perçu par le gouvernement, qui dit son attention attirée sur la nécessité de mettre en place une politique nationale dans le domaine de la science ouverte en Côte d'Ivoire.

" Nous sommes disposés à jouer pleinement notre rôle institutionnel d'impulsion politique en vue de susciter un intérêt national autour de ce concept. Il s'agit pour nous de créer les conditions favorables à la mise en place de mécanismes innovants et structures opérationnelles dédiée à sa vulgarisation par la future  Plate-forme de promotion de la science ouverte et de données de la recherche, adossée à un plan national pour la science ouverte", rassure le Professeur Ouattara Djakalia, Représentant du Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

À l’issue de l'atelier, un consensus est attendu entre les parties prenantes multipartites sur la signification, la portée et les opportunités de la science ouverte du point de vue des universitaires, des décideurs, des législateurs, des jeunes et du secteur privé. Ajouté à cela, une cartographie des principaux défis et risques liés à la science ouverte suivie de recommandations sur la meilleure façon de les aborder et de les rationaliser.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)