Afrique / Société : Un enfant sur cinq en situation de travail

Un groupe d'apprenants de la Région de Sikasso, au sud du Mali, bénéficiaires de la stratégie de scolarisation accélérée du projet Accel Africa de l’OIT, jouent dans une cour d'école, en juin 2021  Crédit photo - Accel Africa


Une action urgente est nécessaire pour lutter contre l'augmentation dramatique du travail des enfants en Afrique. Selon le rapport intitulé « Travail des enfants : Estimations mondiales 2020, tendances et le chemin à suivre », publié par l'OIT et l'UNICEF, 40 millions de filles et 52 millions de garçons étaient victime du travail des enfants en Afrique au début de 2020. Ce chiffre représente une augmentation de 20 millions d'enfants au cours des quatre dernières années. En plus, un enfant africain sur cinq est engagé dans le travail des enfants, dont plus de 80 % dans l'agriculture, pour ou aux côtés de membres de la famille.

En Afrique et dans le monde, ces enfants vivent des réalités différentes d’une activité à une autre, dans des conditions jugées inacceptables. Pour Cynthia Samuel-Olonjuwon, Sous-directrice générale et Directrice Régionale pour l'Afrique de l’Organisation Internationale du Travail, les enfants qui travaillent endurent de longues heures de travail, parfois plus de 12 heures par jour, avec peu de nourriture et peu de temps pour se reposer.

Dans le secteur minier, ils n'ont d'autre choix que de vivre près des sites miniers, dans des camps de fortune, où ils sont exposés à des produits chimiques toxiques, à des conditions insalubres et à des maladies. A peine âgés de cinq ans, ils endurent des heures de travail, utilisent des outils dangereux, comme des machettes et sont exposés aux pesticides ou portent de lourdes charges sur leur dos dans les champs et exploitations agricoles.

« Rien ne justifie le travail des enfants au 21ème siècle. Il constitue une violation des droits des enfants : le droit de jouer ; le droit d'aller à l'école ; le droit à la santé ; le droit d'avoir une enfance protégée, tel qu'établi dans les conventions n° 138 et 182 de l'OIT. Et bien sûr, dans la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant », déclare Guy Ryder, Directeur Général de l'OIT.

La situation des enfants en Afrique a été rendue plus pénible à cause de la pandémie de covid 19. Et des progrès antérieurs ont vite laissé place à une hausse spectaculaire du travail des enfants sur le continent depuis 2016. Pour les experts, si des mesures urgentes ne sont pas prises, et rapidement, des millions d'enfants supplémentaires risquent toujours d'être poussés vers le travail des enfants.

Pour éviter cette catastrophe annoncée, l’OIT a lancé la stratégie régionale de protection sociale pour l'Afrique, 2021-2025 pour accélérer la protection sociale en Afrique, à travers une augmentation des dépenses de protection sociale et d'autres mesures pour que la couverture en Afrique atteigne 40 %. Et appelle à des politiques centrées sur les personnes, en mettant l'accent sur la redistribution des revenus pour lutter contre les inégalités croissantes amplifiées par la pandémie de COVID-19.

L'accès universel à une éducation gratuite de qualité, un travail décent pour les adultes et les jeunes en âge légal de travailler, un regain d'intérêt pour la lutte contre le travail des enfants dans l'agriculture, de meilleures lois pour protéger les enfants, une application efficace et des systèmes complets de protection des enfants ont tous été demandés par l’OIT et l’UNICEF pour ne pas voir s’envoler l’espoir en un lendemain meilleur.

LAWANI Babatundé

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)