Afrique / Emploi : Des experts formés sur les analyses des impacts des politiques climatiques

Photo de famille à l’ouverture de la Formation GAIN à Grand Bassam, le 29 novembre 2021


La ville balnéaire de Grand Bassam a abrité, cinq jours durant, la formation sur les analyses des impacts des politiques climatiques sur l’emploi (Formation GAIN), avec une participation de plusieurs experts venus des pays africains francophones, à savoir la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina-Faso, la France, le Mali, le Maroc, le Niger et le Sénégal.

Ces experts ont été instruits à formuler des politiques et programmes cohérents pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables aux niveaux national, sectoriel et local. Ils devront également promouvoir l’entrepreneuriat vert et le développement des chaînes de valeur.

« Notre pays est certes désertique mais nous avons suffisamment de ressources qui produisent des gaz à effet de serre. Il s’agit pour nous de nous inscrire dans l’élan mondial de développement durable. Nous allons  conjuguer nos efforts avec les employeurs et le gouvernement pour voir le plan qu’il faut pour le Niger conformément à ses engagements internationaux », informe Muntari Malam Idi, Représentant des travailleurs du Niger.

S’ils sont tous engagés pour un monde beaucoup plus vert, ces pays d’Afrique francophones sont, pour la plupart, confrontés à de nombreux défis notamment sécuritaire, avec la menace terroriste. Cette situation constitue, aujourd’hui, une réelle entrave à l’atteinte d’un monde écologique.  

« Cet atelier est d’un grand intérêt pour le Burkina Faso. Pays sahélien, nous avons deux phénomènes à régler, la crise climatique et le terrorisme. C’est de travailler à avoir une passerelle à propos des solutions politiques pour mieux lutter contre les effets du réchauffement climatique, en éradiquant le terrorisme au niveau national. C’est ensemble dans la sous-région que nous allons venir à bout de ce phénomène », affirme Bationo Polycape Expert burkinabé en Finance climatique.  


De gauche à droite Dr Alain Kouadio, de l’Université Nangui Abrogoua, Frédéric Lapeyre, Directeur Pays du BIT en Côte d’Ivoire, et Birahim Bouna Niang, de l’Université Cheick Anta Diop de Dakar


L’atelier de formation sur les analyses des impacts des politiques climatiques sur l’emploi (Formation GAIN) s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Action Climatique pour l’Emploi », lancée en Décembre 2019 lors du Sommet des Nations Unies sur le Climat. Le Bureau International du Travail est chargé de coordonner sa mise en œuvre.

« L’idée est d’accompagner les pays à développer et à mettre en œuvre des plans nationaux de transition juste. Cette formation est l’un des piliers du développement de ces plans nationaux de transition juste qui doivent être basés sur des analyses solides et factuelles des opportunités de création d’emplois verts dans les secteurs économiques prioritaires des pays concernées ainsi que l’identification des meilleures itinéraires politiques pour faire de ces emplois verts potentiels une réalité », déclare Frédéric Lapeyre, Directeur Pays du BIT en Côte d’Ivoire.

La formation sur les analyses des impacts des politiques climatiques sur l’emploi (Formation GAIN) a été assurée par les universités Nangui Abrogoa d’Abidjan et Cheikh Anta Diop de Dakar. Un cadre formel a, d’ailleurs, été créé avec la signature d’un accord de partenariat entre le BIT et ces institutions universitaires pour une plus grande promotion et une meilleure vulgarisation de la transition juste et la création d’emplois verts dans les pays d’Afrique francophone.

LAWANI Babatundé


 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)