Côte d’Ivoire / Sport : Youssouf Fofana, le « diamant noir », fait immortel du football ivoirien

Evoluant à l’origine en défense, c’est à l’Asec mimosa que Youssouf Fofana va être reconverti en attaquant à la fois vivace et technique avec un pied gauche qui ne laisse personne indifférent  


De l’avis des observateurs du football, c’est l’un des joueurs ivoiriens dont le talent a fait l’unanimité, au point d’avoir été convoité par l’Africa Sport, l’éternel rival de l’Asec Mimosa, l’unique équipe avec laquelle il évolue en Côte d’Ivoire. Youssouf Fofana a brillé, tant en club qu’en équipe nationale, les éléphants avec lesquels il remporte la CAN 92 au Sénégal.      

Ailier gauche, ses qualités lui ont valu d’être surnommé le « diamant noir » par le journaliste sportif guinéen, feu Kanté Boubacar. Et lui ont ouvert très tôt, à 17 ans et demi, les portes d’une carrière professionnelle en France. Nous étions en 1986. 35 ans plus tard, l’enfant de Mankono est consacré « Immortel » du football ivoirien par le comité scientifique de Foot d’Or, composé de journalistes sportifs ivoiriens. Une initiative privée qui vise à reconnaitre le mérite des meilleurs joueurs ivoiriens et les services rendus à la nation.

« Je n’ai pas de mot. Je suis fier de ce que j’ai réalisé dans ma carrière. Et les ivoiriens ne m’ont pas oublié pour tout ce que j’ai apporté en équipe nationale, au prix de nombreux sacrifices. Je m’en réjoui énormément. N’eut été les blessures, je serai resté encore plus longtemps au haut niveau. Mais Je n’ai aucun regret aujourd’hui », confie-t-il.


L’ancien poulain de Guy Roux et d'Arsène Wenger reçoit son attestation qui fait office d’invite pour la grande soirée de consécration des onze premiers immortels de l’histoire du football ivoirien le 15 Décembre prochain à Abidjan    


Fort de son parcours et de son expérience, Youssouf Fofana recommande aux jeunes générations de s’investir dans le travail et de rester humbles et discrets pour avoir la chance de faire une longue et riche carrière. Pour lui, ne porte pas le maillot orange blanc vert qui veut. Et cette tunique doit être revêtue par des vaillants hommes prêts à défendre l’honneur du pays avec le cœur.

« Je vous fais une révélation qui va vous dépasser. Si nous rejouons la CAN 92 autant de fois, nous la perdrons autant de fois. Nous sommes allés au Sénégal sans avoir fait de préparation. Mais nous étions des soldats, des guerriers, tels le capitaine Gadji Céli, Oumar Ben Salah, Gouaméné Alain et bien d’autres. Des joueurs capables de se sacrifier pour leurs coéquipiers. C’est cet état d’esprit, cette solidarité, qui nous a valu ce sacre continental. Sinon, rien d’autres », confie-t-il.

A la retraite depuis plusieurs années, Youssouf Fofana n’a, pour autant, pas quitté le milieu du football. A travers son expérience, « le diamant noir » noir transmet sa passion aux plus jeunes. Il œuvre à revaloriser les championnats au niveau des catégories inférieures pour révéler des talents. Lui qui compte, à son actif, cinq participations à une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations et plusieurs titres de champions et de vainqueur de coupe nationale en France avec As Cannes, As Monaco et les Girondins de Bordeaux. Et a vu grandir des sommités du football à l’instar de George Weah et un certain Zinédine Zidane.

LAWANI Babatundé

 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)