Côte d’Ivoire / Sport : Foot d’Or « immortalise » Abdoulaye Traoré

Abdoulaye Traoré dans ses œuvres, ce qu’il sait faire de mieux !

Abdoulaye Traoré, plus connu sous l’appellation de Ben Badi, vient d’être élevé au panthéon du football ivoirien ce mardi 23 novembre 2021 à Abidjan. L’éléphant vainqueur de la CAN 92 au Sénégal a été consacré « Immortel » devant Koffi Koffi Laurent, Maguy Serge Alain et Kobinan Kouman.

L’ancien butteur de l’équipe nationale a été reconnu meilleur intérieur gauche de l’histoire du football ivoirien par le comité scientifique du Foot d’Or. Un comité scientifique composé de cinq journalistes sportifs ivoiriens de haut rang qui, deux mois durant, ont parcouru les archives de la presse nationale de 1940 à ce jour pour sortir le « onze type de l’équipe nationale » de tous les temps.

« J’ai eu la chance de faire partie d’une génération de joueurs qui était prête pour moi. Et je me suis investi à fond. C’est ce qui m’a valu d’être un immortel. C’est pour moi une fierté et cela démontre qu’on a vécu utile. Il est important de recevoir ce genre de prix de son vivant », déclare-t-il.


Un diplôme de mérite a été décerné au joueur pour « symboliquement » traduire la reconnaissance des efforts consentis pour les couleurs nationales


Ce moment de célébration a été l’occasion pour lui de faire la révélation sur l’origine de Ben Badi. Un surnom qui se dissociait difficilement de son vrai nom et faisait trembler les défenses adverses.

« C’est mon défunt grand frère qui s’appelait Ben T. J’ai d’abord été surnommé Ben. Et comme je ne badinais pas avec le ballon, le sobriquet «Badi », dimunitif du verbe Badiner, a été ajouté à Ben et c’est ce qui a donné Ben Badi », informe-t-il.

A 10 ans, Abdoulaye Traoré intègre le centre de formation du Stella Club.  Et quelques années plus tard, il est champion de Côte d’Ivoire avec les « Verts et Blancs » en 1986. Si le jeune prodige du football ivoirien a été révélé à Adjamé, c’est plutôt à l’ASEC d’Abidjan que Ben Badi va faire montre de tout son talent de dribleur, de fin technicien et de renard de surface.

De son pays natal, sa carrière l’a conduit au Sporting Braga au Portugal, au FC Metz, FC Sète et Sporting Toulon en France et Al-Urooba Job en Arabie Saoudite. Un parcours couronné par sept titres de champions de Côte d’Ivoire, deux coupes de Côte d’Ivoire, finaliste de la ligue des champions africaines en 1995 et troisième de la CAN en 1986 et 1994.

LAWANI Babatundé

 



Commentaires

  1. Il n'y a pas de grandes équipes sans de grands Joueurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien-sur que ce sont les grands joueurs qui font très souvent grandes équipes

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)

Côte d’Ivoire / Entreprise : Ahmed Cissé, PCA de Moov-CI, élevé au grade de commandeur de l’ordre national