Côte d’Ivoire / Entreprises : La pénurie de compétences entraine l’envolée des rémunérations

Souleymane Soro, Président du Réseau Ivoirien des Gestionnaires des Ressources Humaines, RIGRH


La Côte d’Ivoire connait depuis, ces dernières années, une pénurie de compétences et mains d’œuvres qualifiées qui entraine l’envolée des rémunérations et avantages sociaux. C’est le constat rendu public par les Directeurs des Ressources Humaines, le vendredi 26 novembre à la rentrée solennelle du Réseau Ivoirien des Gestionnaires des Ressources Humaines, RIGRH à Abidjan.

« Les entreprises se livrent de véritables guerres de recrutement, en débauchant çà et là. Certains secteurs étaient obliger de signer des gentle-agreements pour ne plus se prendre les collaborateurs. Le défi, pour nous, est d’arriver à maintenir nos collaborateurs quand d’autres sont prêts à mettre le maximum pour les récupérer », informe Souleymane Soro, Président du RIGRH.

« La dynamique de l’économie ivoirienne et le code d’investissement en Côte d’Ivoire attirent de nouvelles entreprises qui finissent par s’installent dans le pays. C’est à saluer mais il ne faudrait pas qu’elles s’installent au détriment de celles qui existent déjà en prenant les meilleurs de leur effectifs », ajoute le DRH du chocolatier Cémoi.

Intervenant sur la question, Léila Richard Touma, Fondatrice du Cabinet de recrutement Grey Search Africa propose quelques solutions, même si finalement elle reconnait que tout dépend du type d’entreprise, du secteur d’activité ou du métier.

« Au-delà du salaire, il y’a tous les avantages que l’on peut offrir en terme d’accompagnement à ses employés. La marque employeur avec les valeurs qui le qualifie n’est pas à négliger. On veut tous travailler gratuitement pour Google, Apple, rien qu’à pouvoir le mentionner sur le CV. L’évolution, les perspectives de carrières, les plans sur 5  à 10 ans et la formation sont autant de leviers pour fidéliser les talents et les garder toujours aussi productifs et attractifs », soutient-elle.

Pour résorber la problématique, le RIGRH compte aussi lancer un vaste programme de formation, notamment des jeunes, avec ses partenaires que sont l’Agence Emploi Jeunes, HEC Paris et Sciences Po pour mettre, à disposition du marché, un vivier de nouveaux talents.

« Nous avons mis en place une commission jeunesse pour nous permettre d’intervenir sur les curricula afin d’obtenir une adéquation entre la formation et l’emploi. Nous poursuivrons la formation des primo-demandeurs. En 2018 déjà, nous avons formés 500 jeunes aux métiers de la fonction RH. Nous irons même dans les écoles, former les jeunes élèves pour qu’une fois en entreprise, ils aient les armes pour se défendre », confie Souleymane Soro.

Après 10 ans d’existence, sous l’impulsion du patronat ivoirien, le Réseau Ivoirien des Gestionnaires des Ressources Humaines rêve de « Co-construire un nouveau monde de travail ». Un pari, il compte le relever avec toute les parties prenantes, le ministère de tutelle, les organisations patronales et les syndicats des travailleurs. Et ce, à travers les instances que sont le Conseil National du Dialogue Social et la Commission Indépendante Permanente de Concertation, CIPC.

LAWANI Babatundé


 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)