Côte d’Ivoire / Covid 19 : Les scientifiques et chercheurs invités à contribuer aux recherches mondiales sur la pandémie

 Le FONSTI ouvre le débat sur l’engagement des scientifiques ivoiriens à la recherche de solutions pour lutter contre la Covid 19


Depuis le 11 mars 2020, date à laquelle le premier cas de covid 19 a été confirmé, la Côte d’Ivoire est confrontée à de nombreux défis scientifiques et technologiques. Si l’heure n’est pas encore à une proposition de vaccin, par faute de moyens, des scientifiques ivoiriens ont été invités à s’investir dans la recherche qui a lieu, mondialement, sur la pandémie pour apporter des réponses  à de nombreuses questions suscités par la maladie.

Invitée à une tribune d’échanges avec les journalistes, des universitaires et des jeunes, le Professeur Kakou N’gazoa de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a déploré une gestion qui ne tourne qu’autour des aspects cliniques et les diagnostics. C’est tout naturellement que cette scientifique a exhorté au gouvernement et autres partenaires au développement au financement de la recherche pour savoir les variants du virus qui entrent en Côte d’Ivoire en vue de répondre au problème de diagnostic et de médicament.

« A ce jour, seul le Ghana a pu séquencer les génomes des virus qui étaient présents sur son sol. Ce qui n’est pas le cas chez nous. Il n’y a pas de recherche approfondie autour d’un possible variant ivoirien et aucune réponse sur les autres variants. C’est qu’en Côte d’Ivoire tout était médical, la science et la recherche n’ont pas existé. Ici c’est le ministère qui gère la Covid alors qu’en Europe ce sont les scientifiques », regrette-elle.  

Pour le Professeur Yoro Blé Marcel, Socio-anthropologue à l’Université Félix Houphouët Boigny, la méconnaissance de forme asymptomatique de la Covid 19 constitue un obstacle pour l’acceptation et l’application des mesures barrières et l’adhésion à la vaccination. Et ces cas asymptomatiques pourraient constituer le foyer de propagation de l’épidémie.

« Nous constatons que la Covid 19 est en train de revenir en force en Europe. On parle même d’une 5è vague. Nous ne voulons pas que notre pays soit surpris par ce qui pourrait arriver. Nous voulons attirer les pouvoir publics sur la nécessité d’investir sur la recherche au niveau de la Covid. Malgré la modicité de nos moyens, nous avons une ressource humaine qualifiée et des talents prêts à produire le savoir sur la pandémie pour ne plus tout attendre de façon passive des solutions de l’extérieur  », informe Sangraé Yaya, Secrétaire Général du Fonds pour la Science, la Technologie et l’Innovation.

En termes de recommandations, les acteurs de l’innovation et de la technologie ont été invités à la transformation de nos matières premières pour la production de matériels de lutte contre la maladie à savoir les cache-nez, les gangs pour un pays qui cultive le coton et le caoutchouc. Et de proposer des outils technologie à travers des nouvelles applications qui indique, par exemple, le taux de contamination dans une zone donnée en vue de réduire la fréquentation afin d’éviter la maladie.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)