Côte d’Ivoire / Coopération économique : Les révélations sur l’Accord de Partenariat Economique Intermédiaire avec l'UE

Photo de famille à l’issue de la présentation des résultats de l’étude sur les risques et les opportunités de l’Accord de Partenariat Economique Intermédiaire, APEI, le vendredi 19 novembre 2021 à Abidjan


La Convention de la Société Civile a mené une étude sur les risques et les opportunités de l’Accord de Partenariat Economique Intermédiaire, APEI, en Côte d’Ivoire, de février à décembre 2020 dans les villes d’Abidjan, Bouandiali, Guiglo et Aboisso.

Les conclusions de cette étude, présentées le vendredi 19 novembre 2021, révèlent que l’Accord de Partenariat Economique Intermédiaire s’avère un atout pour l’économie ivoirienne, en général, et le secteur privé, en particulier, à travers une baisse du prix d’intrants et des biens importés et des coûts de production industrielle grâce aux exonérations de droit de douane.

« Pour tirer le meilleur profit de cet accord commercial entre la Côte d’Ivoire et les pays de l’Union Européenne, nos PME, à plus de 80% dans le secteur informel, doivent être formalisés et être mises à niveau. L’accent doit également être mis sur la consommation locale pour favoriser la compétitivité de nos industries locales », informe Alida Tanoh N’dri, Chef Projet à la Convention de la Société Civile Ivoirienne.

Toujours selon l’étude de la Convention de la Société Civile Ivoirienne, l’APEI peut vite devenir une entrave au développement et même à la survie de quelques acteurs du secteur privé ivoirien, moins bien préparés à la concurrence avec les entreprises européennes qu’engendre cet accord, en dépit de nombreux avantages qu’il leurs offre.

« Nous sommes la plupart du temps en complémentarité. Beaucoup d’entreprises européenne, installées en Côte d’Ivoire, sont avec des associées et prestataires ivoiriens. Elles exploitent les produits qui sont là, elles les vendent, les ramènent et les transforment ici. Sur les produits transformés, le vrai concurrent de la Côte d’Ivoire n’est pas l’Union Européenne mais la Chine », rassure Stéphane Brossard, de la Délégation de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire.  

Pour préserver leur accès en franchise de droits de douane sur le marché européen, la Côte d'Ivoire et le Ghana ont signé un APEI en 2007. En 2019, cet accord a amorcé une importante phase de sa mise en œuvre avec le démantèlement tarifaire de 1155 lignes, depuis le 1er janvier 2019.

La Convention de la Société Civile Ivoirienne, à l’instar de de 12 autres organisations de la société civile, s’est engagée à faire le suivi citoyen de l’implémentation de l’APEI. Elle joue donc, en toute responsabilité, un rôle de veille pour éviter que cet accord n’impacte négativement les populations vulnérables et ne déstructure l’environnement socio-économique ivoirien.

LAWANI Babatundé  



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)

Côte d’Ivoire / Entreprise : Ahmed Cissé, PCA de Moov-CI, élevé au grade de commandeur de l’ordre national