Côte d’Ivoire / Société : « Les commerçants sont, à tord, accusés d’être responsables de la cherté de la vie »

Soumahoro Farikou, Président de la Commission Nationale des Acteurs du Commerce de Lutte contre la Vie chère


Suite à sa conférence de presse du 23 juillet 2021 sur la vie chère et au lancement, il y’a quelques semaines, d’une commission nationale de lutte contre le phénomène, Soumahoro Farikou, président de la FENACCI, a accordé une interview aux médias nationaux, le 4 aout dernier. Le député maire d’Adjamé revient sur les prérogatives de cette commission.


Afrik-une : Le 30 juillet 2021, vous installiez la Commission Nationale des Acteurs du Commerce de Lutte contre la Vie chère. Cette organisation était-elle encore nécessaire, sachant que des entités pareilles existent déjà ?

Les commerçants sont, aujourd’hui, entre l’enclume de l’État et le marteau des consommateurs. Cette position intenable, parce qu’injuste, porte à croire que nous sommes les responsables de la flambée des prix et donc de la vie chère. Ce qui n’est pas vrai. Il nous fallait donc nous donner les moyens, par un instrument stratégique qui nous est propre, de prouver le contraire.

Afrik-une : Quelles sont les missions de cette commission dont vous assurez la présidence ?

Composée d’une vingtaine de commissaires issus de presque toutes les activités commerciales, cette organisation va sensibiliser les commerçants et veiller au respect des bonnes pratiques dans nos marchés. Elle sera aussi une force de propositions à l’Etat et convenir, en concertation avec l’administration fiscale, des taux d’imposition raisonnables afin d’éviter la flambée des prix.

 Afrik-une : Avez-vous l’agrément des autorités publiques ?

Nous sommes dans une démarche participative et de complémentarité avec l’État et les associations de consommateurs en particulier et plus généralement avec les populations ivoiriennes. Au lendemain de la présentation officielle de la commission, les courriers de demande d'audience ont été adressés à la Présidence de la République, à la Primature, aux Ministères Techniques concernés, aux Institutions Ivoiriennes et aux Partenaires Internationaux afin de prouver notre volonté clairement affichée de trouver une solution définitive à cette question récurrente.




Afrik-une :  Comment se porte la Fédération Nationale des Acteurs du Commerce de Côte d’Ivoire ?

Très bien. Notre mandature a ramené la paix et la sérénité au sein de la famille des acteurs du commerce. Et plus que jamais, les acteurs du commerce de notre pays ont confiance en leur faîtière, la confortant ainsi dans son rôle de principale centrale syndicale des acteurs du commerce de Côte d’Ivoire. En termes d’actions, de nombreux chantiers ont été ouverts et nous avons foi de les mener à bon port. Et pour finir avec cette question, il faut savoir que nous sommes dans les préparatifs du congrès de la FENACCI prévu pour les 20 et 21 Aout 2021, au cours duquel, une communication plus large et précise sera faite sur notre bilan quinquennal.

Afrik-une : Combien d’Organisation Professionnelles de Commerce sont-elles affiliées à la FENACCI ?

A la faveur de notre congrès du 12 Juin 2015, les textes de notre fédération ont été revus pour s’ouvrir aux affiliations des Organisations Professionnelles de Commerce et à ce jour, nous en comptons 95 qui exercent dans différents secteurs du commerce. La centrale syndicale des commerçants de Côte d'Ivoire qu’est la FENACCI est aujourd’hui ouverte à tous les acteurs du commerce de notre pays.

Afrik-une : Vous êtes à la fois, Président de la FENACCI, député-maire d’Adjamé et conseiller économique, social, environnemental et culturel. Comment comptez-vous assurer une efficacité à la tête de toutes ces postes, principalement à la FENACCI ?

 Vous constaterez que les Postes de PCA de la FENACCI et de Député et de Maire sont des postes électifs. Les textes de la FENACCI ne mentionnent pas d’incompatibilité entre ces fonctions. Par contre, les postes de député et de conseiller économique, social environnemental et culturel sont incompatibles. C’est ce qui justifie ma démission au conseil économique. Ce qui n'est pas interdit par la loi est évidemment autorisé.  La FENACCI, contrairement aux apparences, est une équipe pluridisciplinaire et pluridimensionnelle qui est à la manœuvre autour du PCA. La présence des Organisations Professionnelles de Commerce affiliées est un élément essentiel d’efficacité dans l'action car permettant de ratisser large. Quant au poste de député, il offre une fenêtre d'opportunités pour exposer les problèmes du secteur du commerce à l’hémicycle. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)