Côte d‘Ivoire / Sécurité routière : L’UNAECI relève les insuffisances de la réforme du ministère

Guillaume KoKo, Président de l’Union Nationale des Auto-Ecoles de Côte d’Ivoire, accompagné de Cissé Lamine, vice-président, et Mme Lath, la secrétaire générale 



Deux mois après la mesure de suspension des inspecteurs au permis de conduire, par le ministre des transports, et remplacés par les gendarmes, l’Union Nationale des Auto-Ecoles de Côte d’Ivoire s’est réjouie du succès de cette décision, au cours d’une conférence de presse ce jeudi 10 juin à Abidjan. Mais déplore quelques difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette mesure.

« Nous sommes contents des résultats des examens pratiques avec les gendarmes. Par contre, ils n’ont pas la pratique de ce type d’examen. C’est donc très lent et ça crée un embouteillage énorme dans nos auto-écoles à cause de nombreux candidats que chaque auto-école doit faire examiner », informe Guillaume KoKo, Président de l’Union Nationale des Auto-Ecoles de Côte d’Ivoire.

25 gendarmes ont été commis à cette mission d’évaluation aux examens de permis de conduire pour une durée de trois mois sur l’ensemble du territoire national. Un effectif jugé « trop peu » pour la tache à laquelle ils sont assignés.

Cette décision fait, par ailleurs, obligation aux auto-écoles d’Abidjan de ne présenter que sept candidats pour l’examen par jour et deux pour celles de l’intérieur du pays, toutes les deux semaines. Pour l’Union Nationale des Auto-Ecoles de Côte d’Ivoire cette mesure va précipiter plusieurs auto-écoles à mettre la clé sous le paillasson.

« Si on a que deux candidats pour quinze jours cela revient à quatre candidats dans le mois. C’est vraiment insignifiant pour une entreprise. Sinon, comment nous paierons nos charges ? », interroge-t-il.

L’Union Nationale des Auto-Ecoles de Côte d’Ivoire dénonce également la mauvaise connexion internet qui entrave le bon déroulé des examens théoriques. Mieux, la principale faitière des auto-écoles, avec une représentativité estimée à 95%, plaide pour une ouverture d’un centre d’examen digne de la Côte d’Ivoire. Et enfin, demande la signature de l’arrêté qui ressort de l’atelier sur la réforme de l’auto-école pour définitivement résoudre les problèmes liés à ce secteur d’activité.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)