Côte d'Ivoire / Environnement : SOS pour l'espace marin et côtier, en état de pollution et dégradation avancé

Des déchets plastiques flottants sur la lagune Ebrié à Abidjan


En état de pollution et dégradation avancé, l'environnement marin et côtier ivoirien est aujourd'hui menacé. C'est ce qui ressort du rapport présenté par le Centre Ivoirien Anti-Pollution, CIAPOL, à travers le projet de Gestion Intégrée de l'Aire Marine et Côtière d'Abidjan à Assinie, GIAMAA, ce jeudi 16 juin dans la capitale économique ivoirienne.

Après plus de deux années de consultation d'experts et de travail terrain sur les thématiques telles que les forêts, les mangroves, la pollution, la pêche, l'érosion côtière, ce rapport se veut un diagnostic de l'état de santé de l'écosystème marin et côtier ivoirien en relevant les défis cruciaux à relever pour le développement durable de la Côte d'Ivoire.

Ainsi, l'on note que les stocks des ressources halieutiques sont en danger à travers une diminution des réserves de poissons estimées à 100 milles tonnes en 2018. Ce qui correspond à un manque à gagner d'environ un milliard de franc CFA. La destruction des mangroves sur le littoral par les activités d'exploitation constitue une pression importante du fait des travaux d'infrastructures et la coupe du bois de mangrove pour le chauffage présente des conséquences au niveau de la pêche et de la protection des berges.

La pollution par les déchets plastiques peut être observée le long du littoral, sur les berges lagunaires et certains cours d'eau à l'intérieur du pays. En 2019, 200 mille tonnes de déchets plastiques se sont accumulées sur les plages ivoiriennes. La surface d'insalubrité que cela entraine représente 7% du territoire de la zone côtière, constituant une menace pour la santé des populations, pour la biodiversité marine et certaines espèces et partant, une entrave au développement du tourisme.

Les huit baies de la lagune Ébrié sont, selon les conclusions de ce rapport, confrontés aux phénomènes illégaux de dragage et de remblai qui réduisent la surface de cet écosystème. Cette lagune aurait dépassé sa capacité de charge écologique, tant la pollution à laquelle elle est confrontée est impressionnante.

Une situation qui est la résultante des défis environnementaux confrontée par la Côte d'Ivoire, traduits par le changement climatique, l'érosion côtière et les inondations engendrées par de fortes tombées de pluie depuis ces dernières années, mais aussi par l'action de l'homme à travers les migrations, l'industrialisation, l'urbanisation et l'occupation incontrôlée des zones littorales.


Le Rapport sur l'état de l'environnement marin et côtier de la Côte d'Ivoire remis au corps préfectoral par Jean Luc Assi, ministre en charge de lenvironnement et du développement durable


Dans cet océan de désolation, navigue encore un brin d'espoir. Ce rapport exhorte à réhabiliter et restaurer l'écosystème marin et côtier ivoirien. Mais surtout, invite toutes les composantes de la société à modifier leurs gestes au quotidien et adopter des habitudes plus soucieuses de l'environnement. Sans exclure, un prochain accord juridiquement contraignant contre la pollution plastique.

 Le Rapport sur l'état de l'environnement marin et côtier de la Côte d'Ivoire a été réalisé grâce au soutien financier du gouvernement allemand et de la Banque Mondiale dans le cadre du projet d'Investissement pour la Résilience des Zones Côtières Ouest Africaines, WACA ResIP.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)