Côte d’Ivoire / Recherche scientifique : Les vérités du ministre Moussa Sanogo sur le financement public

Le ministre Moussa Sanogo à la tribune de la conférence sur le bilan du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le vendredi 7 mai 2021




En 1980, les chefs d’Etats africains réunis à la conférence de Lagos ont pris la résolution d’affecter 1% de leur Produit Intérieur Brut à la recherche scientifique dans leurs pays respectifs. Plus de 40 ans après, la Côte d’Ivoire n’y alloue qu’environ 0,01% de son PIB.

S’exprimant sur le sujet, au cours d’une conférence le vendredi 7 mai 2021 à Abidjan, le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a fait savoir, en toute transparence, que « très souvent, ces chiffres lorsqu’ils sont adoptés, la plupart des ministres en charges des finances publiques ne sont pas présents ».

« Et la réalité de la gestion des finances publiques est différente de la volonté que peuvent avoir les ministres en charges de la recherche qui souhaiteraient que leurs activités soient financées. Les contraintes budgétaires sont souvent fortes. Il faut toujours parer au plus pressé pour contenter tout le monde », avoue-t-il.   

Le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat a aussi expliqué que dans le PIB, les activités du secteur public sont comptabilisées autour de 25% et l’autre part revient au privé. Pour lui, cela voudrait dire que dans le financement de la recherche, dans le cas de la Côte d’Ivoire, le secteur privé doit contribuer au moins trois fois plus que le secteur public.

« Ce niveau de ressource est-il engagé dans les différentes entités privées pour la recherche ?», s’interroge Moussa Sanogo. Avant d’informer que « toute une série d’incitations et de différents crédits d’impôt ont été mis en place dans l’annexe fiscale 2020 pour les encourager à effectivement financer la recherche ».

En attendant un dénouement heureux de cette situation, la recherche scientifique, l’innovation et la technologie continuent de souffrir du manque de financement pour la réalisation des travaux en amont et de la valorisation des résultats en aval.

LAWANI Babatundé






Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)