Côte d‘Ivoire / Impôt : La DGI mobilise ­639 milliards FCFA au premier trimestre 2021

Maferima M‘bahia, Directrice Générale adjointe de la DGI (Photo d’archives utilisée à titre d’illustration)



La DGI a mobilisé ­639 milliards FCFA, les trois premiers mois de l‘année en cours. C’est l‘annonce faite par Maferima M‘bahia, Directrice Générale adjointe de cette institution fiscale, à l‘occasion du séminaire bilan du premier trimestre, objectifs et perspectives 2021, tenu ce vendredi 23 avril à Abidjan. Cette recette en hausse de 5,1 milliards sur les prévisions, est en croissance de 13% sur le montant récolté au premier trimestre 2020.

« Ces résultats satisfaisants ont été obtenus grâce à la bonne tenue de l‘activité économique notamment dans le secteur minier et aux résultats probants du recouvrement des arriérés », explique-t-elle. Avant de souhaiter que « ces résultats soient consolidés tout au long de l‘année avec la poursuite de l‘élargissement de l‘assiette, l‘amélioration du recouvrement des arriérés et de renforcement de la lutte contre la fraude fiscale ».

Pour le ministère du Budget et du Portefeuille de l‘Etat, ces résultats sont certes à encourager mais restent insuffisants au regard de nombreux défis auxquels la Côte d‘Ivoire est confrontée dans sa marche vers le développement.

« Nous avons un déficit en termes d‘infrastructures sanitaires, scolaires et routières. Nous devons arriver à un développement équilibré du territoire, transformer de façon structurelle l‘économie, intensifier la recherche et créer des emplois pour les jeunes. Tout ceci ne sera possible qu’avec la capacité de notre pays à mobiliser plus de ressources internes », avance Adama Sall, Directeur de Cabinet du ministère du Budget et du Portefeuille de l‘Etat.

Pour le deuxième trimestre, les recettes attendues sont de 678 milliards FCFA. Un chiffre en hausse de 51% par rapport aux réalisations de la même période en 2020. Et l‘un des leviers pour atteindre cet objectif, selon la tutelle, est l‘accroissement de l‘assiette fiscale. « Un élargissement qui est certes une option mais s’impose aujourd’hui comme une obligation si la Côte d‘Ivoire veut réduire sa dépendance à l‘aie et la dette extérieure », conclut-Adama Sall.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)