Afrique / Enseignement supérieur: Pas d'université ivoirienne sur les 200 meilleures

L'Université Félix Houphouët-Boigny, la première de la Côte d’Ivoire, manque à l’appel des 200 meilleurs établissements universitaires en Afrique

Le classement 2020 des 200 meilleures universités africaines vient d’être rendu public par UniRank, le principal annuaire et moteur de recherche de l'enseignement supérieur international. Et aucune université ivoirienne, sur les six, n’en fait partie, malgré les efforts consentis, depuis une décennie,  par les autorités et les partenaires au développement pour les rendre compétitives.
L’Afrique du Sud rafle les six premières places avec les universités de Pretoria, du Cap, de Witwatersrand, de Johannesburg, du KwaZulu-Natal et du Stellenbosch. La Nation arc-en-ciel est suivie du Kenya qui enregistre, à la septième place, l’université de Nairobi.
L’Université de Lagos, la première d’Afrique de l’Ouest vient du Nigeria et est classée huitième. Tandis que l’Université Cheick Anta Diop de Dakar au Sénégal, la première université d’Afrique francophone, est à la 59è place.
Le classement 2020 des 200 meilleures universités africaines est obtenu à partir de plusieurs critères notamment dispenser des cours principalement dans un format d'enseignement traditionnel, en face à face et non à distance et surtout proposer des productions scientifiques de qualité, publiées dans des journaux et revues scientifiques internationaux.
Les universités ivoiriennes semblent avoir péché sur ce dernier point. D’où l’initiative du Programme d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique, PASRES, d’améliorer les capacités de 24 jeunes enseignants chercheurs, issus des six établissements universitaires, en matières de rédaction d’articles scientifiques.
« Cette situation nous interpelle tous. L’État ivoirien consacre beaucoup d’effort pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Nous avons des universitaires et chercheurs de grande qualité. Il est donc inadmissible et inconcevable que notre pays ne figure pas parmi les nations, les meilleures, dans le domaine de la science, la technologie et de l’innovation en Afrique », déplore Dr Sangaré Yaya, Directeur Exécutif du PASRES.

Le séminaire de formation s’adresse principalement aux lauréats du PASRES des différentes universités et centre de recherche de Côte d’Ivoire

Et de préciser « que les chercheurs ont besoin de soutien en terme d’infrastructures et d’accès à l’information scientifique à travers le monde. Et ils ont aussi besoin de financement parce que la recherche coûte cher. C'est pourquoi nous saluons le gouvernement pour avoir mis en place le Fonds pour la science, la technologie et de l’Innovation, FONSTI, qui viendra renforcer les capacités opérationnelles du PASRES et son champs d’activité au profit de la science et de la recherche en Côte d’Ivoire ».
La rédaction d’une recherche ou d’un article scientifique constitue l’un des principaux défis auquel font face les chercheurs et les universités dans différentes disciplines. Elle requiert de compétences, telles la nouveauté, l’exactitude, l’objectivité, la finesse du style et la capacité à interagir avec les niveaux scientifiques et mondiaux du débat.

LAWANI Babatundé





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »