Côte d’Ivoire / Agriculture : Grosse colère des producteurs de café cacao

Kangah Koffi de l’Anaproci et Koné Moussa du Synapci ont traduit, devant la presse, toute leur exaspération face à la mauvaise gestion de leur filière 

En conférence de presse ce jeudi 19 mars à Abidjan, l’Association Nationale des Producteurs de Café Cacao de Côte d’Ivoire, Anaproci, et le Syndicat National Agricole pour le Progrès en Côte d’Ivoire, Synapci, ont exprimé leur mécontentement de la gestion de leur filière par le Conseil Café Cacao. 
Les deux principales organisations de la culture du binôme café cacao dénoncent une « gestion opaque, clanique, calamiteuse» et accusent même la Direction générale de cet organe de régulation de « nombreuses malversations entrainant des problèmes qui minent le secteur et maintiennent les producteurs dans la précarité».
« Que la lumière soit faite sur la gestion de la sacherie brousse et des produits phytosanitaire, sur les acquis et les gestions des épargnes des producteurs notamment sur les sociétés Sifca-Coop, Coco-Service. Nous voulons des éclaircis sur la convention financière entre la Société Ivoirienne de Raffinage et la filière café cacao. Et ce qu’est advenu des 6 milliards FCFA décaissés et les fonds complémentaires pour le recensement des producteurs », crie Kangah Koffi Président de l’Anaproci.
« Nous avons les preuves de tout ce que nous avançons. Nous exigeons un audit général de la gestion de la parafiscalité et le départ immédiat d’Ibrahima Koné, Directeur Général du Conseil Café Cacao. Et il lui sera notifié une plainte pour que le procureur mène une enquête judiciaire au sein du patrimoine des producteurs du café cacao » renchérit Koné Moussa, son homologue du Synapci.

Une copie du courrier transmis au Premier Ministre, en date du 13 janvier 2020 

L’Anaproci et le Synapci appellent au secours des plus hautes autorités publiques pour « une cessation du pillage et de détournement des ressources des agriculteurs ». Et exhorte à la mise en place d’un comité de pilotage indépendant du Conseil café cacaco pour une gestion forte et transparente de la filière café-cacao avant la mise en œuvre de l’interprofession dans le but d’aboutir à une organisation inclusive et participative à tous les acteurs de la filière.
Si rien n’est fait, ces deux faitières majeures menacent de « passer à la vitesse supérieure» avec d’autres actions telles la grève, la marche et le siège du quartier général du Conseil Café Cacao pour faire entendre leur ras-le-bol.

LAWANI Babatundé




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »