Côte d’Ivoire / Investissement: Ces chiffres records du CEPICI en 2019

Emmanuel Essis Esmel, ministre chargé de la Promotion de l’Investissement Privé, le 16 janvier à Abidjan

 « 2019 a été une année très excellente », affirme Emmanuel Essis Esmel, ministre chargé de la Promotion de l’Investissement Privé et premier responsable du CEPICI, le Centre de Promotion des Investissement en Côte d’Ivoire, au cours d’une récente cérémonie de présentation de vœux, à Abidjan, avec les médias.
Emmanuel Essis Esmel a indiqué que la Côte d’Ivoire a agréé 730 milliards FCFA d’investissements en 2019 contre 703 milliards en 2018. « Un record jamais égalé de l’histoire de la Côte d’Ivoire » selon le ministre chargé de la Promotion de l’Investissement Privé.
Au cours de cette même année, 16700 entreprises ont été créées, loin des 14800 entreprises enregistrées, un an plutôt. Les investissements directs étrangers, eux, grimpent de 250 millions de dollars en 2012 à 900 millions de dollars en 2018 et devraient atteindre la barre d’un milliard de dollars en fin 2019. Sur ce segment, le potentiel de la Côte d’Ivoire oscille entre 2,5 et 3 milliards de dollars.
« Un investisseur qui prend la décision de se faire agréer en 2019, c’est parce qu’il croit en la Côte d’Ivoire au-delà de 2020. Sinon, il aurait attendu en 2021 ou en 2022 » a-t-il ajouté.
Depuis 2013, la Côte d’Ivoire a engagé des réformes pour améliorer l’environnement des affaires et attirer les investisseurs. Ces réformes lui ont permis de se hisser au 110è rang mondial du classement Doing Business de la Banque Mondiale.
En 6 ans, la Côte d’Ivoire a gagné 67 places et envisage de se classer parmi les 50 pays, les plus réformateurs dans le monde.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Entrepreneuriat : Les PME instruites sur les bonnes pratiques de gestion pour bénéficier des fonds Covid

Côte d’Ivoire / Enseignement supérieur : 125 cadres africains nouvellement diplômés du CAMPC

Côte d’Ivoire / Transport maritime : Stéphane Eholié, à la tête du Bureau de Gestion de la Main d’Œuvre Dockers (BGMOD)