Côté d'Ivoire / Éducation : Une menace plane sur le baccalauréat ivoirien

Le Conseil National de Discipline va bientôt siéger et décider du sort de tout ces cas de fraude et de leurs auteurs

Le Ministère en charge de l'Education a animé un point de presse, ce mercredi à Abidjan, pour apporter plus d'informations et de précisons sur les nombreux cas de fraudes enregistrés au Baccalauréat session 2019. Cela, "dans un souci de lever tout équivoque au sein de la population et éviter de porter un préjudice sur la crédibilité du diplôme ivoirien, au niveau international" a dit Ibrahima Kourouma, Inspecteur Général de l'Inspection Générale au Ministère de l'Education Nationale.
De cette rencontre avec les médias, il en ressort que cet examen de fin d'études secondaires a été émaillé de 6250 cas de fraudes pour 273342 candidats. Des cas de fraude constatés pendant la composition, au cours de la correction et lors des délibérations. A l'issue de ces différentes étapes, 45 cartons comportant des preuves de fraudes ont été récoltés incriminant 60% de candidats officiels et 40% de candidats libres. Et Abidjan est la ville où le taux de fraude est le plus élevé.
 " Les fraudes persistent et leur ampleur s'accentue. Lutter contre elle est un devoir commun. Nous voulons des examens. Nous voulons que les enfants soient admis. Mais pas à n'importe quel prix! Au risque de grangrener la société toute entière. Que peut-on attendre d'un travailleur qui doit son poste à la fraude et à la tricherie ? interpelle et s'interroge Ibrahima Kourouma, Inspecteur Général de l'Inspection Générale au Ministère de l'Education Nationale.
Ces cartons contiennent des pièces justificatives de nombreux cas de fraudes enregistrés au Baccalauréat session 2019 

En 2018, ce sont 1515 cas de fraudes qui ont été enregistrés pour 256452 candidats contre 208 cas pour 242900 candidats en 2017. Si ce fléau passé de 0,1% en 2017 à 2,3% en 2019 inquiète, c'est surtout les stratégies utilisées par les fraudeurs qui étonnent plus d'un. Des méthodes classiques, ingénieuses, aux plus impensables, avec l'usage des smartphones, sous la demande des parents et avec la complicité de certains acteurs de l'enseignement.
Création de groupe de fraudeurs sur les réseaux sociaux, sculpture de table pour y coller un téléphone, smartphone dissimulé dans une calculatrice, des corrigés de sujets camouflés dans le pain ( la stratégie du sandwich), dans les poubelles, dans les parapluies, dans les cheveux, dans les sous-vêtements... ce sont là, quelques uns, des modes opératoires des fraudeurs. La fraude dans tous ces états.
En Côte d'Ivoire, tout candidat à un examen coupable de fraude est expulsé du centre d'examen et risque une interdiction de composer sur une période de 1 à 5 ans et une peine de privation de liberté. Idem pour les acteurs de l'enseignement qui, en plus, peuvent être radiés des effectifs de la fonction publique ou le retrait de l'autorisation d'enseigner et de suivi d'examen pour les acteurs du privé.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »