Afrique / Logement social: Des experts réfléchissent, à Abidjan, sur le financement adapté

Toutes les parties prenantes, issues des secteurs public et privé, ont échangé sur le financement du logement en Afrique

Abidjan, la capitale économique ivoirienne, a abrité ce samedi 29 juin un séminaire international sur " le financement du logement social en Afrique ".
Cette assemblée de réflexion et de partage d'expérience sur les bonnes pratiques en matière de financement du logement social est à l'initiative du Réseau Habitat et Francophonie et la Chambre Nationale des Promoteurs et Constructeurs Agréés de Côte d'Ivoire.
A l'issue des échanges, quelques pistes ont été tracées à savoir disposer de prêt à l'habitat à longue durée (entre 15 et 20 ans) et à un taux faible (autour de 5,5%), disposer de ressources pérenne et importante, à travers des fonds de soutien au logement, régler la question du foncier, revoir la fiscalité et améliorer le taux d'endettement des fonctionnaires.
" Très peu de financement accompangne le logement en Côte d'Ivoire. Nous sommes à environ 2% de la totalité du crédit bancaire et moins de 10% de crédit octroyé aux particuliers. Nous sommes encore très faible comparé aux pays émergents ou développés, où les taux avoisinent 80%", déplore Bruno Nabagné Koné, Ministre ivoirien de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme.
Pour Siriki Sangaré, Président de la Chambre Nationale des Promoteurs et Constructeurs Agréés de Côte d'Ivoire " le foncier, actif de base de toute opération immobilière doit être sécurisé et libre de tout conflit. La fiscalité doit être attrayante pour rendre attractif l'investissement dans l'immobilier, au regard des prix de vente contrôlés des logements sociaux et économiques. Et le financement doit être innovant et adapté au contexte africain, marqué par un faible taux de bancarisation et l'accès difficile au crédit promoteur".
En Côte d'Ivoire, 130 quartiers précaires sont dénombrés dans la seule ville d'Abidjan, souvent à proximité des quartiers résidentiels voire huppés. Et un millions 200 milles personnes y vivent. Un projet d'étude va prochainement être réalisé pour aménager cinq de ces quartiers précaires à Abobo, Yopougon et Koumassi, grâce à un financement de 25 milliards de l'Agence Française de Développement.
Cela ne règle pas, pour autant, le problème d'accès de tous les ivoiriens aux logements décents et abordables. En témoigne l'ambition de l'État de réaliser 150.000 logements sociaux au cours des prochaines années. Aujourd'hui, 90% des ivoiriens est locataires.
Il s'agit, à ce séminaire, de proposer des approches de solutions efficaces pour juguler le déficit de logements en Côte d'Ivoire et en Afrique. Un déficit aujourd'hui estimé à 400.000 logements, auxquels s'ajoutent 30 à 40.000 logements chaque année.
Toutes ces solutions ont été confinées dans un livre et va être remis aux gouvernants africains pour leur implémentation dans leurs pays respectifs. Et en finir, un jour, peut-être, avec cette question sociale propre à l'ensemble des pays de l'Afrique subsaharienne.

LAWANI Babatundé


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »