Afrique / Transport : Bientôt une autoroute Lagos-Abidjan-Dakar

Le corridor Lagos-Abidjan-Dakar devrait constituer un outil de développement de la sous région et du reste du continent / Crédit Photo : Wikipédia 

5 pays, un projet d’envergure : le corridor Abidjan-Lagos. Un maillon essentiel des Programmes d’Infrastructures Routières de la Cedeao et pour le Développement des Infrastructures en Afrique, PIBA, et de la Stratégie continentale de l’Union Africaine pour le Développement des Infrastructures.
Longue de 1028 km, cette autoroute va relier le Nigéria, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire pour réduire les obstacles physiques et non physiques au commerce, faciliter la libre circulation des biens et des 45 millions de personnes vivant sur le long de ce corridor.
Une autoroute de 6 voies (2x3 voies) pour assurer un important trafic routier entre les villes côtières de la sous-région Lagos, Cotonou, Lomé, Accra et Abidjan. Et devrait s’étendre jusqu’à Dakar au Sénégal pour connecter 12 pays de l’Afrique de l’Ouest.
Le comité de pilotage et les experts du programme de développement se sont réunis à Abidjan pour évaluer les progrès accomplis, depuis la relance de ce projet en 2016. Et tracer, trois jours durant, les grandes lignes de la marche à suivre pour la suite.
«L’ensemble des appels d’offres nécessaires au recrutement de cabinets qui vont procéder à l’élaboration technique, économique, financière sont achevés et le dossier est aujourd’hui au niveau de la BAD pour avis de non objection » soutient Pathé Gueye, Commissaire des Infrastructures de la Commission de la CEDEAO.
Cette onzième réunion du comité de pilotage et des experts du programme de développement du corridor Abidjan-Lagos se tient en prélude à la rencontre des ministres des transports des pays concernés, le 19 octobre prochain. Rencontre à l’issue de laquelle, ils devraient procéder à la signature des accords de prêts avec les firmes retenues pour la réalisation de cette infrastructures routière .
« Cette signature sera, pour nous, un signal fort de la Cedeao et de l’ensemble des Etats pour que ce projet soit une réalité concrète. Nous lançons un appel à la BAD pour qu’ensemble avec nous, tous les obstacles soient levés pour que ce rêve devienne une réalité», renchérit  Pathé Gueye.
Le corridor Lagos-Abidjan est un projet d’intégration et de coopération sud sud. Financé par l’Union Européenne et la Banque Africaine de Développement à hauteur de 22 millions $, avec une contribution de 1,2 million $ de la commission de la CEDAO, cette autoroute devrait permettre d’augmenter le volume des échanges du commerce régional estimé aujourd’hui à 75%.
Elle devrait également renforcer l’intégration et la compétitivité des territoires, stimuler les investissements, encourager l’intégration régionale pour développer la croissance, favoriser la venue des investisseurs pour financer la création de pôle industriels et créer des emplois.
Et surtout relier les principaux ports des régions et les deux lignes de chemin de fer et plusieurs autres corridors sud/nord qui desservent directement les pays de l’hinterland à savoir le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

LAWANI Babatundé 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »