Afrique / Electricité : La sécurité des usagers préoccupe…

                                           Les installations hors normes sont l’une des principales causes des incendies de source électrique / Crédit Photo : Google 

La sécurité des usagers de l’électricité, principalement en Afrique, préoccupe au point de faire l’objet d’une réflexion en Côte d’Ivoire.
Du 30 avril au 3 mai s’est tenu à Abidjan, le symposium de la Fédération Internationale pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité (FISUEL) sur la Transition énergétique, état des lieux, enjeux et perspectives pour la sécurité des utilisateurs de l’électricité.
Il en ressort qu’en Corée du sud et au Japon, 15% des incendies sont d’origine électrique contre 25% en Europe. Là où l’Afrique enregistre un taux de 70 à 80%. Les causes de ces feux de sources électriques sont diverses notamment l’utilisation de matériels électriques contrefaits, vieillissants ou dangereux, les installations anarchiques, le manque de contrôle des bâtisses et la qualification des personnels.
« En 1981, la Côte d’Ivoire a confié au LBPT SECUREL, le contrôle initial des installations électriques intérieures. Toutefois, le contrôle périodique, c’est-à-dire pour les locaux en phase d’exploitation est encore un défi à relever, car plusieurs bâtis font l’objet de modifications après le contrôle initial, les exposants ainsi aux mêmes risques que ceux que l’on a voulu éliminer par le premier contrôle. A ce jour, le Sénégal, membre de la FISUEL, est très avancé dans la démarche pour le contrôle des installations électriques intérieures », avoue Jean Claude Kouassi, Directeur Général du Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics, LBPT.
L’électricité joue un rôle prépondérant dans le développement des pays mais peut vite devenir un danger. L’un des sites les plus touchés par les incendies liés à l’électricité dans les villes africaines reste les marchés. Depuis 2015, Abidjan, Bouaké, Dakar, Niamey, Cotonou, Libreville, Lomé, Ouagadougou, ont vu leurs marchés ravagés par les flammes. Une liste non exhaustive. La Côte d’Ivoire dénombre, à elle seule 67, marchés incendiés en 30 ans. Une dizaine pour la seule année 2017.
Une surveillance accrue aux différentes frontières a été suggéré pour éviter l’entrée sur les marchés des produits électriques dangereux et les matériels contrefaits. Et des contrôles réguliers et périodiques ont été recommandés pour réduire au mieux les feux d’origine électrique en Afrique.
A ce symposium, les échanges ont également porté sur l’accès à l’électricité pour tous. En 2016, les personnes qui habitaient dans les zones non encore électrifiées dans le monde sont passées de 1,6 milliards à 1,1 milliards. La promotion des énergies renouvelables ont été recommandées pour un accès abordable, sur et durable de l’électricité pour tous, partout, en totale sécurité.
« De nombreux pays ont vraiment progressé pour atteindre une presque totale électrification tels que l’Amérique du sud, l’Afrique du Nord et le Moyen Orient. En Afrique subsaharienne, les efforts d’électrification se poursuivent et ont dépassé pour la première fois en 2014, l’augmentation de la population, qui entraine une baisse du nombre de personnes sans accès à l’électricité », s’est réjoui Dominique Desmoulins, Président de la Fédération Internationale pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité, FISUEL.
Cette rencontre a enregistré la participation d’experts de la Côte d’Ivoire, de la Belgique, du Bénin, du Cameroun, du Niger, du Maroc, du Sénégal, d’Arabie Saoudite, du Liban, de la France, de la Corée du sud, de l’Indonésie, du Japon, de la Malaisie, de la Nouvelle Calédonie et d’organismes tels EIC Copperalliance, UIE et Schneider, IEC et Cenelec et ECI pour l’industrie du Cuivre et Electriciens sans frontière, tous membres de la FISUEL.
Une fédération, créée il y’a 16 ans, qui comprend 22 membres provenant de 15 pays repartis sur les 4 continents. Elle s’est donnée pour objectif de lutter contre la contrefaçon et les produits électriques dangereux. Pour y arriver, elle encourage les autorités et décideurs locaux à mettre à jour leurs réglementations nationales et à imposer des contrôles initiaux et périodiques des installations électriques.


LAWANI Babatundé

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »