Afrique / Transport: Les solutions à la mobilité urbaine trouvées à Abidjan

 Oshodi, ce quartier de Lagos au Nigeria, est l’illustration parfaite de la mobilité en Afrique / Crédit Photo : Google 

En Côte d'Ivoire, 50% de la population vit dans les villes. Cette congestion entrave la mobilité et paralyse les citées ivoiriennes. Une situation identique dans toutes les grandes agglomérations africaines.
Le forum national sur la mobilité urbaine tenu récemment, à Abidjan, a permis de réfléchir aux solutions pour développer des transports urbains, surs, propres et adorable en Côte d'Ivoire et lutter contre la pauvreté. Un forum qui s'inscrit dans le cadre du programme de politique de transport en Afrique SSATP.
Après deux jours d’échanges, les acteurs du transport et les partenaires au développement ont recommandé de développer les infrastructures de transport. Et surtout établir et poursuivre les objectifs clairs de manière systématique et bien coordonné avec les plans d’urbanismes. Sans quoi, les investissements risqueraient d’être sous-optimaux. Et les villes seraient prises au piège de modèles d’aménagement sur lesquels il serait difficile de revenir.
Pour Anne Cécile Souhaid, Représentante du Programme de Politique de Transport en Afrique SSATP « La mobilité urbaine est l’un des principaux défis auquel doit faire face le secteur des transports en Afrique. On prévoit qu’au cours des vingt prochaines années, il y’aura sur le continent, plus de 300 millions d’habitants supplémentaires dans les villes. Et en 2050, 60% des africains vivront dans les villes ».
Cette difficulté de la mobilité est liée au faible taux d’équipement en moyens de transport. La croissance économique devrait entrainer la motorisation et accélérer les problèmes liés à la congestion notamment les pertes économiques, les impacts sur l’environnement et la santé publique. Par ailleurs, les cadres politiques inadéquats, la faible capacité à traiter les risques environnementaux, sociaux et de sécurité accroissent également la motorisation. Sans compter que le manque de coordination entre la planification des transports et l’aménagement du territoire rend les villes inefficaces et génèrent une demande non satisfaite, principalement pour la frange la plus pauvre de la population.
Aujourd’hui, il semble plus que jamais important de mettre la planification des transports urbains et celles des villes au premier plan des défis du développement durable. L’appui du SSATP a contribué à une amélioration significative de l’efficacité du secteur des transports, avec en conséquence un impact positif sur l’économie en général.
28 pays africains ont ainsi crée des fonds routiers de deuxième génération. Ce mécanisme a permis d’accroitre les sources de revenus et de rationaliser les dépenses. 18 pays opèrent, à présent, des agences routières dotées d’une plus grande autonomie vis-à-vis de leurs ministères de tutelle. Les réformes du secteur des transports appuyées par le SSATP ont contribué à la mise en œuvre de stratégies de réduction de la pauvreté dans 21 pays.
Créé en 1987, le Programme de Politique de Transport en Afrique, SSATP, est un partenariat mondial réunissant 40 pays africains et des organismes internationaux qui œuvrent au renforcement des politiques et stratégie pour la promotion d’un transport au service de la croissance économique.


LAWANI Babatundé

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Côte d’Ivoire / Internet: Un nouvel opérateur propose une offre « ultra-rapide, fiable et illimitée »

Côte d’Ivoire / Entreprises: Lancement du Club Equity pour le financement des PME

Côte d’Ivoire / Prévoyance Sociale: La CNPS, une entreprise forte et solide « Agence Bloomfield »